Cratère de Vulcano

Aliscafo jusqu’à Vulcano. Bien que notre navire était plein, nous sommes les seuls à descendre ici. Grande sensation de vide – et de liberté – à l’arrivée, le village est minuscule. Par chance, un hôtel est ouvert.

La deuxième chose que l’on ne peut pas rater en arrivant sur l’île, après le vide urbain, c’est l’imposante odeur de souffre, autrement dit, d’œufs pourris.